Elekti kolorojn : grizaj Verda kaj ruĝa Blanka kaj nigra
Ĝisdatigita merkredon la 20an de septembro 2017 . Ĝis nun estas 2495 tekstoj   Rss  Indekso  Privata spaco  Kontakto
Venonta kongreso | SAT-kulturo | Libroj | Dokumentoj | SAT-organo | Frakcioj | Fakoj | Informoj | Ligoj | Arĥivoj | Membriĝi

En la sama rubriko

puce [fr] 1912, Le Travailleur Espérantiste : Citaĵoj de francaj sindikatistoj pri Esperanto
puce [en] 1923, BLES : Esperanto and Labour
puce [fr] 1927, Lanti : interveno ĉe la kongreso de Internacia Sindikata Federacio
puce [en] [eo] ĉ. 1935 : SATEB : I am glad to be an Esperantist (E. Lanti ; 4 p.)
puce [fr] 1950 ? SAT-Amikaro : propaganda afiŝo (A2)
puce [nl] ĉ. 1972 : ESPERANTO voor progressieve doelijnden
puce [eo] ĉ. 1980 : SAT : Ĉu via loko ne estas en S.A.T.? (1 folio, 2-flanke)
puce [fr] ĉ. 1980 : SAT-Amikaro : Malgré le silence et les prejugés . . . (1 folio, 2-flanke)
puce [fr] ĉ. 1980 : SAT-Amikaro : Esperanto ; S.A.T. ; S.A.T.-Amikaro
puce [fr] ĉ. 1980 : SAT-Amikaro : Mouvement culturel, educatif et de progrès social
puce [fr] ĉ. 1980 : SAT-Amikaro : L’espéranto ; la plus jeune des langues...
puce [fr] 2000 : SAT-Amikaro : 1er mai 2000 ! 1-a de majo 2000 !
puce [eo] 2002 (???) ĝis majo 2006 SAT : Kio estas SAT ?
puce [de] ??? ĝis majo 2009, SAT : Kio estas SAT ?

[fr] 1927, Lanti : interveno ĉe la kongreso de Internacia Sindikata Federacio

IVème Congrès de la Fédération Syndicale Internationale (Grand Palais, 1-6 août 1927)

Chers Camarades !

C’est pour moi un honneur tout particulier d’avoir à m’adresser à une assemblée aussi représentative du mouvement ouvrier international. Les décisions que vous prendrez auront certainement une influence considérable sur les destinées du Prolétariat mondial. C’est pourquoi je me permettrai d’attirer votre attention sur la solution d’un problème qui se pose à vous chaque fois que l’un des orateurs veut communiquer sa pensée à tous les congressistes ici réunis. La nécessité de traduire les discours vous fait perdre du temps, prolonge vos débats et augmente votre fatigue. Que vous le vouliez ou non, une frontière vous sépare ; s’il n’en existe pas dans votre coeur du moins il y en a une sur vos lèvres.

Cette frontière devra-t-elle donc se dresser éternellement entre vous ? Certe non. Une expérience de quarante années a montré qu’il est possible, qu’il est même très facile de supprimer les frontières linguistiques.

Sans doute vous avez tous entendu parler plus ou moins de l’esperanto, langue internationale dont les nombreux adeptes répandus dans toutes les parties du monde fêtent cette année le quarantième anniversaire. Cette langue a fait déjà suffisamment ses preuves dans tous les domaines de la vie et de la pensée pour avoir aujourd’hui le droit de se présenter pour résoudre le problème de l’immédiate intercompréhension entre camarades de langues maternelles différentes.

Dix neuf congrès universels d’esperanto ont déjà eu lieu avec un plein succès. Des assemblées de milliers de personnes venues des points les plus divers du globe ont pu débattre d’importantes questions sans l’aide de traducteurs et d’interprètes. Et n’allez pas croire que ces congressistes étaient des éléments choisis, des intellectuels savants et patients. Sans doute se trouvait-il de tels éléments dans ces congrès esperantistes, mais il y avait aussi de nombreux ouvriers, des hommes dont le degré de culture n’égale pas celui de la moyenne d’entre vous.

D’ailleurs, j’ai surtout pour mandat de vous informer qu’il existe depuis 7 ans déjà une organisation espérantiste ouvrière internationale qui va tenir son 7e congrès à Lyon du 12 au 16 août courant. S’il y a des sceptiques parmi vous, je les invite fraternellement à se rendre à notre congrès. Il pourront de visu et auditu se rendre compte qu’il est possible à de simples ouvriers de parler l’esperanto tout aussi facilement que leur langue maternelle.

En 1924, le camarade Nathans, secrétaire de la Fédération Internationale des Transports, a voulu se rendre compte par lui-même si nos assertions sont exactes. Il vint à Bruxelles assister à notre IVe congrès. A son retour, voici ce qu’il écrivit dans le Bulletin de la F.I.T. :

«  Nous avons eu le plaisir d’assister au Congrès (1) de l’Internationale Ouvrière Espérantiste : Sennacieca Asocio Tutmonda. Nous savions, en nous y rendant, qu’il était possible d’utiliser l’esperanto pour établir un contact verbal entre membres de diverses nationalités. Or, nous avons entendu des français, allemands, anglais, hongrois, finlandais, russes, bulgares, hollandais, etc., délibérer et discuter sans la moindre traduction, sans hésitations, sans malentendus, aussi bien lors de placides échanges de vues, que lorsque les sujets échauffaient les esprits et que l’impétuosité des discours exigeait davantage de l’expression verbale des orateurs. Après avoir assisté à ce congrès, il ne subsiste plus aucun doute sur l’utilité de l’esperanto dans notre lutte... »

Je me garderai d’insister ; peut-être êtes-vous déjà convaincus. Je n’ignore pas que le Président de votre congrès, le Camarade Purcell, a déjà déclaré publiquement sa sympathie pour le mouvement espérantiste ouvrier. C’est pourquoi je terminerai en vous proposant d’adopter la résolution suivante :

Considérant, d’une part,
a) Que la communauté de langue est une des bases de l’internationalisme ;
b) Que la diversité des langues est un obstacle sur la route de l’émancipation du prolétariat ;
c) Que l’emploi d’une langue commune faciliterait considérablement les relations internationales.

Considérant, d’autre part,
a) Que la langue internationale esperanto existe et fonctionne depuis plus de 40 années, à la grande satisfaction de ceux qui l’employent ;
b) Qu’elle est déjà très répandue dans tous les pays du monde et de ce fait, peut rendre dès maintenant d’appréciables services ;
c) Que la structure logique de cette langue artificielle, dépouillée de toutes les irrégularités grammaticales inhérentes aux langues naturelles, permet à tout ouvrier intelligent de l’assimiler facilement.

Pour ces motifs,
Le Congrès de la F.S.I. adopte l’esperanto en vue d’en faire, pour les relations internationales, la seule langue officielle après une période de temps à déterminer ultérieurement ;

Décide
1° De commencer sans retard une vigoureuse campagne de presse afin d’inciter les ouvriers à étudier cette langue ;
2° D’organiser des cours et, pour ce faire, d’entrer en relation avec les organisations espérantistes ouvrières ;
3° De refuser, désormais, dans les journaux de notre organisation tout appel, toute convocation ayant trait à des projets de langues concurrentes, convaincus que les propagandistes de ces projets sont des ennemis conscients ou non de la langue internationale.

Chers Camarades ! Je ne veux pas abuser de vos instants plus longtemps. Au nom de Sennacieca Asocio Tutmonda je souhaite un plein succès à vos travaux et je termine en vous conviant à nous aider dans notre lutte pour la disparition des frontières linguistiques, prélude de l’abolition totale de toutes les autres frontières.

Vive la solidarité ouvrière internationale par une collaboration toujours plus intime au moyen d’une langue unique !

 

Sennacieca Asocio Tutmonda (SAT)

67 av. Gambetta
FR - 75020 Paris

Retadreso : kontakto@satesperanto.org
Pri financaĵoj : financoj@satesperanto.org
Retejo : http://satesperanto.org/
Tel : (+33) 09 53 50 99 58

Poŝtkonto n-ro 1234-22 K, La Banque Postale, Paris
IBAN : FR41 2004 1000 0101 2342 2K02 064
BIC : PSSTFRPPPAR
Konto de SAT ĉe UEA : satx-s
Konto de SAT ĉe PayPal : financoj@satesperanto.org

Por renkontiĝi kun SAT-anoj en Parizo, informiĝu ĉe la sidejo de SAT-Amikaro

Se vi havas demandojn pri SAT, skribu al la SAT-oficejo en Parizo
aŭ al via peranto

Pri teknikaj problemoj sur la paĝo, skribu al paĝo-aranĝulo.

Privata ejo
Danke al spip

PNG - 436 bitokoj
fabrikita en esperantio