Elekti kolorojn : grizaj Verda kaj ruĝa Blanka kaj nigra
Ĝisdatigita mardon la 27an de aprilo 2021 . Ĝis nun estas 2686 tekstoj   Rss  Indekso  Privata spaco  Kontakto
Venonta kongreso | SAT-kulturo | Libroj | Dokumentoj | SAT-organo | Frakcioj | Fakoj | Informoj | Ligoj | Arĥivo | Membriĝi

En la sama rubriko

puce SAT-kongreso Kazanlako
puce A World Conference of Workers without a Language Barrier – the 2008 SAT Congress in Kazanlak (Bulgaria)
puce Aliĝintoj
puce Bazaj praktikaj informoj
puce Déclaration du 81ème congrès de SAT
puce Declaration of the 2008 SAT Congress
puce Deklaracio kaj Gvidrezolucio 2008
puce Deklaration des SAT-Kongresses 2008
puce Dichiarazione e Risoluzione programmatica 2008
puce Eine weltweite Arbeiter-Begegnung ohne Sprachbarrieren – der SAT-Kongress 2008 in Kasanlak
puce EL 81 CONGRESO DE SAT
puce EL 81 CONGRESO DE SAT - DECLARACIÓN
puce Esp-kongressen i Bulgarien
puce Gazetartikolo 2008
LINGVO KAJ TRADUKOJ DE LA ARTIKOLO

Une rencontre mondiale de travailleurs sans la barrière de la langue

A la terrasse d’un café, une francophone de
18 ans interroge un octogénaire bulgarophone
anarchiste, qui lui raconte comment
il a connu la prison avant et pendant la période
communiste. Au détour d’un couloir,
une Bulgare sexagénaire et un Serbe de vingt
ans comparent leurs conditions de vie respectives.
Pendant une réunion, un syndicaliste
d’Estrémadure fait remarquer à un auditoire
multilingue que le patronat organise par delà
les frontières l’exploitation des travailleurs de
l’Union Européenne. Un camarade de Tokyo
informe que le parti communiste japonais est
la quatrième force politique du pays, et reçoit
un soutien croissant de la part de la jeunesse.
Malgré les divergences politiques et les différences
linguistiques, culturelles et générationnelles,
tous se comprennent sans peine
et sans heurts à l’aide de l’espéranto. Cela se
passe à Kazanlak, en Bulgarie, pendant le
congrès de SAT, l’association mondiale des
travailleurs espérantistes.

Du 9 au 16 août 2008, 80 travailleurs
de 14 pays et 3 continents se sont rencontrés,
une fois de plus, pour tenir
l’assemblée générale de leur association,
échanger des informations et des
témoignages sur la situation sociopolitique
du monde, nouer des liens amicaux
et mettre sur pied de nouveaux
projets. Le programme était dense.

Des forums sociaux

Ils traitaient de thèmes tels que la faim
dans le monde, l’activité syndicale et
l’aide à l’insertion des immigrés, les
solutions possibles à la crise socio-environnementale
actuelle, la situation
socio-politique dans les pays post-socialistes,
et les conditions d’exploitation
dans le « paradis capitaliste ». La
déclaration du congrès
reflète les principaux traits et conclusions
provisoires de ces débats.

Une assemblée générale associative

SAT est une association d’éducation
populaire gérée par ses adhérents.
C’est pourquoi les questions organisationnelles
ont occupé une part importante
du programme, comme il se
doit dans une association où tous les
membres doivent autant que possible
pouvoir être associés à la prise de décision.
Les moyens mis en oeuvre pour
atteindre cet objectif sont le renforcement
du réseau de groupes locaux, qui
permet de garder le contact avec les
membres qui ont des difficultés à accéder
aux nouvelles technologies de
télécommunication, ou ne peuvent pas
se rendre aux congrès pour des raisons
financières et/ou de santé. De plus, la
mise en place de formations pratiques
(maintenance du site de l’association, à
l’aide de SPIP, ou initiation à la lecture
d’un bilan financier) est à l’étude pour
renforcer la démocratie interne, en
mettant à la disposition du plus grand
nombre les compétences nécessaires à
la pleine compréhension de la gestion
associative.

Parmi les réalisations de l’année, on
peut noter la poursuite de la campagne
pour l’élimination des mines antipersonnel,
dans le cadre de la coalition
contre les bombes à fragmentation, et
le lancement d’une nouvelle collection
d’ouvrages, intitulée « mémoire de travailleurs » par la coopérative d’édition
de l’association (en collaboration avec
l’association des Amis de la Commune
de Paris 1871
et la section espérantiste
de l’association culturelle italienne
Arci). D’autres projets d’ouvrages dans
la série « faits et documents », qui traitent
de problèmes actuels (logiciels libres
ou crise socio-environnementale)
sont en cours d’élaboration.

Un programme culturel de qualité


En plus de toutes ces réunions « sérieuses
 », les congressistes ont eu droit à un
programme culturel de qualité. Celui-ci
comprenait plusieurs conférences, sur
des thèmes historiques ou littéraires :
- Un résumé de l’histoire de la Bulgarie
et de la ville de Kazanlak
- Le mouvement des femmes en Bulgarie
- Présentation du livre « La salve du buffle
noir », de Nandor Gion
- L’écrivain ouvrier espérantiste Khristo
Gorov
- Tchoudomir, peintre et auteur bulgare
Enfin, comme il se doit dans une association
où la critique du nationalisme
et du communautarisme n’empêche
pas la curiosité vis-à-vis des différentes
cultures, les soirées ont été animées
par des associations locales de danses
folkloriques, ou consacrées à des présentations
culturelles (lecture d’une
nouvelle par une actrice du théâtre
espérantiste bulgare, chants et pièces
musicales de nombreux pays).

A cela s’ajoutaient plusieurs excursions
(plusieurs musées, des tombes thraces,
le monument de Chipka).

Et surtout, des contacts directs en marge du programme officiel...


Même si le programme officiel était
très dense, ce serait une erreur de réduire
le congrès à cela. Les échanges
allaient bon train entre les réunions,
pendant les repas et jusque tard dans la
nuit pour certains... Il est impossible de
donner une liste exhaustive de tous ces
petits à-côtés qui font aussi le charme
des congrès de travailleurs espérantistes,
et ancrent dans les esprits une
conscience de classe mondiale mieux
que tout discours théorique. Un exemple
parmi d’autres : un plombier retraité
australien a fait part de ses doutes sur
l’utilité de venir à un congrès où la plupart
des participants sont des « intellectuels
 », enseignants ou ingénieurs
par exemple. Son voisin de table, effectivement
chercheur biologiste, n’a
pas eu de mal à trouver des exemples
montrant que cette généralisation était
abusive (d’autant plus que le troisième
convive était ouvrier agricole dans les
Pyrénées...), en rapportant simplement
quelques moments du congrès : discussion
sur la corruption et le racisme dans
le monde syndical avec un ex-tailleur
de diamants ou encore constatation,
lors d’une promenade avec l’un des
organisateurs du congrès, ouvrier dans
une usine d’armement, que les déremboursements
médicaux sont à la mode
en Bulgarie aussi...

Bien sûr, les discussions ne sont pas
toujours aussi sérieuses. Et là encore, à
entendre les éclats de rires simultanés,
on est toujours surpris de constater
qu’un jeu de mots fait par une Croate
est immédiatement compris par ses
voisins, dont la langue maternelle est
le français ou le néerlandais.
Enfin, notons que quelques échanges
sont aussi passés par l’anglais, notamment
lors de la visite de deux responsables
du parti communiste bulgare.

Et là, la différence était nette entre les
échanges de couloir, balbutiés dans un
anglais approximatif et hésitant, et la
discussion en réunion, interprétée par
un espérantiste bulgare. Cela n’a pas
empêché d’autres congressistes polyglottes
de profiter d’autres occasions
pour réviser leur bulgare. L’espéranto
est une solution très pratique, mais ni
exclusive ni obligatoire, aux problèmes
de communication à l’échelle mondiale.

Adapté d’après un communiqué de
la commission des propositions du
81ème congrès de SAT.

Traduction par SAT-Amikaro (Union des Travailleurs Espérantistes de Langue Française)

 

Sennacieca Asocio Tutmonda (SAT)

67 av. Gambetta
FR - 75020 Paris

Retadreso : kontakto_ĉe_satesperanto.org
Pri financaĵoj : financoj_ĉe_satesperanto.org
Retejo : http://satesperanto.org/
Tel : (+33) 09 53 50 99 58

Poŝtkonto n-ro 1234-22 K, La Banque Postale, Paris
IBAN : FR41 2004 1000 0101 2342 2K02 064
BIC : PSSTFRPPPAR
Konto de SAT ĉe UEA : satx-s
Konto de SAT ĉe PayPal : financoj_ĉe_satesperanto.org

Por renkontiĝi kun SAT-anoj en Parizo, informiĝu ĉe la sidejo de SAT-Amikaro

Se vi havas demandojn pri SAT, skribu al la SAT-oficejo en Parizo
aŭ al via peranto

Pri teknikaj problemoj sur la paĝo, skribu al paĝo-aranĝulo.

Privata ejo
Danke al spip

fabrikita en esperantio